21/01/2007

Vaste quand même

 

Madopiece-bonjour

 

bebe

Ils ressemblaient à des géants au-dessus da sa tête enfouie dans l'oreiller

des ombres venues de nulle part.

longtemps il restât figé dans son corps même si on en voyait l'état physique de son visage,  le cerveau non visible et de loin le plus important se baladait quelque part dans les fins fonds de sa chair

arbres-gif-059

Son arbre maternel, laissait tomber les feuilles petit à petit, trop vite comme beaucoup de nos automnes, il fit tête basse, ses yeux s'envolaient vers d'autres horizons, chaque printemps les feuilles revenaient sur l'arbre maternel, lui était déjà emporté  sur des chemins, des nervures de l'esprit, un chemin, une croyance, des questions qui suis-je, que suis-je où vais-je?

 

 

Libert_

 

Trop petit pour s'envoler, pour se faire voler la paix de l'âme. Sa branche maternelle s'éloignait peu à peu, la brume vint se poser près de l'arbre et éparpilla sa crudité.

carpe-diem

il n'était pas encore une graine que la poussière se posa, pénétra dans ses artères, à ne plus s'en défaire , petit homme petit être

Suninhands

l'amour se défini par les gestes, les paroles, les actes posés

la loi se défini pas des textes d'hommes assermentés

la foi se défini par les profonds sentiments du coeur et de l'esprit

la vie face à la vie, face au vent qui souffle sur notre terre, l'indifférence à la différence serait le revers de la médaille dans le bon sens du terme, la différence dans la complexité terrienne, vaste quand même

 

Bouclette005-gamberge1

moi zaussi gros bisous et excellent dimanche

moi

 

12:43 Écrit par Carpe Diem dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.